AccueilFlèche ActualitésFlècheTransportFlècheUn Premier Véhicule Atteint Le Site Du Projet Renard Grâce À La Nouvelle Route Permanente

Un Premier Véhicule Atteint Le Site Du Projet Renard Grâce À La Nouvelle Route Permanente

Le vendredi 6 septembre 2013

Stornoway  Diamond Corporation (TSX-SWY) est ravie d’annoncer que pour la première fois le  chemin minier de Renard est praticable pour une circulation toute saison. En  effet, la jonction a été effectuée entre les quatre tronçons de « A »  à « D » du chemin minier de Renard et du prolongement de la route 167,  actuellement en construction par Stornoway et par le ministère des Transports  du Québec (« MTQ »), permettant ainsi aux véhicules de construction de  circuler de Témiscamie, point final de la route nationale existante, jusqu’au  site du projet Renard, 240 km plus au nord.

Un Premier Véhicule Atteint Le Site Du Projet Renard Grâce À La Nouvelle Route Permanente

Matt  Manson, président et chef de la direction, a déclaré : « Suite à la nouvelle  d’aujourd’hui, il est maintenant possible de se rendre directement au site du  projet Renard en empruntant une route permanente. La jonction des tronçons a  été réalisée deux mois plus tôt que prévu, bien avant le 4e trimestre de 2013  que prévoyait le calendrier établi en avril lors du début des travaux sur la  portion de route de Stornoway.  Il est  prévu également que l’achèvement de la route minière de Renard se fera dans le respect  du budget établi. Ces exploits ont été possibles grâce à l’excellent travail  des entrepreneurs en construction, tous des Cris ou des entreprises locales, ainsi  qu’au professionnalisme de l’équipe de gestion de Stornoway basée à Longueuil  (Québec). »

Matt  Manson de poursuivre : « Le projet Renard détient maintenant toutes les  autorisations, bénéficie d’un accès routier et est prêt à aller de l’avant. Les  vastes ressources minérales du projet et ses grandes possibilités de croissance,  nous promettent un projet produisant jusqu’à 2 millions de carats de diamants  par année et des revenus annuels projetés pouvant atteindre jusqu’à 450 M$  CA pour les onze premières années de la vie de la mine. Renard est un nouveau projet  diamantifère en développement tout à fait exceptionnel. Des discussions sur le  financement du projet avec des prêteurs et de possibles investisseurs sont présentement  en cours et avancent très bien, et ce, en vue d’une première mobilisation pour  la construction d’ici la fin de 2013. »

Les travaux d’aménagement de  la route devant permettre un accès routier en toute saison au projet Renard ont  commencé en février 2012, en tant que « prolongement de la route 167 ».  Aux termes de l’entente-cadre de novembre 2012 entre Stornoway et le  gouvernement du Québec, Québec doit achever la première tranche de 143 kilomètres  de route (tronçons « A » et « B »), en tant que route de  gravier à deux voies et à vitesse limitée à 70 km/h et Stornoway la  tranche restante de 97 km (tronçons « C » et « D ») en  un chemin minier à voie unique et à vitesse limitée à 50 km/h, le « chemin  minier Renard ». Le coût du chemin minier Renard était à l’origine estimé  à 77 millions $, incluant une réserve de prévoyance de 15 %. Aux termes de  l’entente de financement de décembre 2012 entre Stornoway et Québec, son coût doit  être financé par une facilité de crédit accordée à Stornoway, portant intérêt à  un taux de 3,35 % et amortie sur une période de 15 ans. Dans le besoin de  fonds de prévoyance additionnels, Stornoway a le droit de disposer d’une somme  supplémentaire de 7,7 millions $, portant intérêt à 6,3 %, pour des  facilités de crédit totales disponibles pouvant aller jusqu’à 84,7 millions $.  Le calendrier de remboursement de ces prêts se fonde sur l’échéancier de  financement et de construction du projet diamantifère Renard. À ce jour, Stornoway  a tiré 61,4 millions $ de cette facilité de crédit et s’attend à ce que le coût  final pour l’achèvement soit bien à l’intérieur du budget de base.

Le chemin minier de Renard est ouvert présentement au trafic lié à la  construction, et il n’est donc toujours pas accessible au public. Il est  globalement achevé à 50 %. À ce jour, tous les ponts temporaires sont en  place, 9 des 16 ponts permanents sont installés, plus de 80 % de tous les ponceaux  sont en place, et environ 1,6 million de tonnes de gravier a été extrait de 7 bancs  d’emprunt.

Pour les contrats de  construction de cette route, Stornoway a accordé la priorité aux entreprises de  la région de la baie James du Québec, notamment celles associées aux Cris d’Eeyou  Istchee.  Les entrepreneurs ont fait  preuve d’une grande productivité et nul doute que ce fut le plus grand facteur  ayant permis à Stornoway d’avancer la route si efficacement. Parmi les  entrepreneurs de Stornoway se trouvent :

  • Eskan Company, une corporation de développement de la  Nation crie de Mistissini ainsi que Swallow-Fournier inc. pour les travaux de  construction de la route;
  • Nordic Structures Bois, une filiale à part entière de  Chantiers Chibougamau ltée, pour la fabrication des ponts;
  • Jos Ste-Croix & Fils ltée de Chibougamau pour la  gestion des travaux;
  • Corporation forestière Eenatuk pour le déboisement;
  • Corporation Kiskinchiish pour les services de gîtes et  de couverts aux campements;
  • Petronor, une entreprise exclusivement crie, pour l’approvisionnement  en carburant.

À propos du projet diamantifère Renard

Le projet  diamantifère Renard est situé à environ 250 km au nord de la communauté  crie de Mistissini et 350 km au nord de Chibougamau dans la région de la  baie James, dans le centre-nord du Québec. En novembre 2011, Stornoway a  publié les résultats de l’étude de faisabilité de Renard et en janvier 2013  l’optimisation de l’étude de faisabilité. Ces études soulignent que le projet a  le potentiel de devenir un producteur important de diamants bruts de haute  qualité sur une longue durée de vie de mine. Les réserves minérales probables comme  définies au Règlement 43-101 s’établissent actuellement à  17,9 millions de carats. Les ressources minérales indiquées totales, incluant  les réserves minérales, atteignent 27,1 millions de carats, auxquels s’ajoutent  16,9 millions de carats classés comme ressources minérales présumées et de 25,7 millions  à 47,8 millions de carats classés comme ayant un potentiel d’exploration  supplémentaire hors ressources. Toutes les kimberlites demeurent ouvertes en  profondeur. Les coûts en capital préalables à la production s’établissent à un  montant estimatif de 752 M$ CA, tandis que les coûts opérationnels  sur la durée de vie de la mine s’établissent à 57,63 $ CA/tonne,  procurant une marge opérationnelle de 67 % sur une durée de vie initiale  de la mine de 11 ans. Les lecteurs sont invités à consulter le rapport  technique daté du 29 décembre 2011 relativement à l’étude de faisabilité  de novembre 2011, portant sur le projet diamantifère Renard et le rapport  technique daté du 28 février 2013 relativement à l’étude d’optimisation de  janvier 2013, pour de plus amples renseignements et d’autres hypothèses  concernant le projet.

Aimez-vous cette nouvelle?