AccueilFlèche ActualitésFlècheNovo-reportagesFlècheL’électrification des transports: la ville de Repentigny fait plus qu'y croire, elle va de l’avant!

L’électrification des transports: la ville de Repentigny fait plus qu'y croire, elle va de l’avant!

Le dimanche 5 juin 2022

Dans sa volonté de mettre de l’avant des projets porteurs et innovants, la Ville de Repentigny et son Service de police (SPVR) ont osé un projet pilote audacieux, soit celui de transformer une Ford Mustang Mach-E en véhicule de police. Débutée il y a déjà plusieurs mois avec la collaboration de Cyberkar, cette transformation aura permis à la Ville et au SPVR de se doter de la toute première autopatrouille électrique au Québec pouvant répondre aux appels d’urgence. La Ville de Repentigny souhaite dorénavant inspirer d’autres villes et corps de polices du Québec à remplacer progressivement leurs flottes de véhicules par des modèles électriques.

L’électrification des transports: la ville de Repentigny fait plus qu'y croire, elle va de l’avant!

Crédit photo Stéphane Deschamps


Une autopatrouille roule 24/7. Par conséquent, elle consomme une quantité significative de carburant, en plus de dégager une quantité importante de CO2, sans parler des pièces qu’il faut changer fréquemment due à l’usure prématurée du véhicule. 

Avec ce véhicule 100 % électrique, la Ville peut réellement espérer réduire son empreinte écologique. Selon les paramètres étudiés à Repentigny, l’autopatrouille électrique sera plus écologique après seulement un an. Sur la durée de vie de 4 ans (autopatrouille traditionnelle), c’est 100 % des GES, ou 92 tonnes, qui seront éliminés. Au Québec, il est estimé qu’un véhicule électrique devient plus écologique qu’un véhicule à essence en moins de 30 000 km.

 

Intérêt marqué d'autres municipalités, y compris New York

Présentée au public pour la toute première fois lors des Assises annuelles de l’Union des municipalités du Québec (UMQ) qui se tenaient en mai 2022, l’autopatrouille a poursuivi sa tournée d’événements au Québec et ailleurs. Elle s’est fait remarquer, notamment, lors du Salon du véhicule électrique de Québec et au colloque annuel de l’Association des directeurs de police du Québec (ADPQ).

L’autopatrouille a également pris la route pour la Ville de New York où elle a été présentée au NYC Fleet Show, un salon du véhicule et de l’équipement. Preuve de l’engouement pour le projet et la technologie développée ici, des discussions avaient déjà été amorcées l’hiver dernier, notamment avec le New York City Department of Citywide Administrative Services, en lien avec leur achat de 184 Ford Mustang Mach-E.

 

Collaborations gagnantes

Afin de mettre à profit la technologie et l’expertise innovantes développées dans ce projet au bénéfice des autres services de police du Québec, Cyberkar, spécialisée dans les solutions technologiques haut de gamme pour véhicules d'urgence, a récemment obtenu une subvention du ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI). Ce montant permettra à l’entreprise de réaliser un projet vitrine disponible pour les autres corps policiers.

Afin de bien préparer les équipes de patrouille à conduire un véhicule électrique, l’École nationale de police du Québec a également développé un programme de formation sur mesure pour permettre aux policier.ère.s de tester la conduite en situation d’urgence à bord de l’autopatrouille électrique.

 

Phase test

La phase test du projet pilote a débuté au début du mois de juin dans les rues de Repentigny et de Charlemagne. Elle permettra de récolter des données sur l’utilisation générale du véhicule dans l’environnement réel policier. Divers aspects seront testés, comme la conduite et l’efficacité de la batterie lors de diverses interventions policières, dans des conditions variées et lors d’une utilisation en continu.

Avec ses composantes technologiques qui contribuent à la protection de l’environnement par la réduction des gaz à effet de serre, l’avenir de ce véhicule électrique est prometteur.

Si la technologie et la carrosserie externe de la Ford Mustang Mach-E demeurent les mêmes – à l’exception d’ajouts d’accessoires – le véhicule a dû être repensé pour se transformer en autopatrouille électrique qui répond aux besoins du travail policier. Grâce à l’Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail, secteur «affaires municipales» (APSAM), la Ville a profité de l’occasion pour revoir l’ergonomie du véhicule afin qu’elle soit adaptée à plusieurs physionomies. L’objectif est d’assurer une sécurité accrue et un meilleur environnement de travail, notamment, en réduisant le risque de blessures musculo-squelettiques.

 

Nouvelle identité visuelle

En plus de collaborer de près à revoir l’ergonomie du véhicule, un comité paritaire, auquel participaient des membres de l’équipe de patrouille, a pu échanger sur sa nouvelle identité visuelle. L’idée était d’appliquer les meilleures pratiques pour les voitures des services d’urgence en l’adaptant au contexte nord-américain. Cela, par l’utilisation de couleurs contrastantes telles que le jaune et le bleu, qui est l’une des combinaisons les plus efficaces de nuit comme de jour, et l’ajout d’une bordure réflective sur les contours du véhicule.

Le visuel retenu comporte des composantes d’inspiration du marquage Battenburg, un design de damiers avec couleurs en alternance, et répond à l’objectif d’optimiser la visibilité du véhicule, qu’il soit arrêté ou en déplacement, et ce, à une distance minimale de 500 mètres. Cela a pour effet de renforcer la sécurité du personnel policier et de la population en réduisant les accidents.


Aimez-vous cette nouvelle?

Retour à la liste des Novo-reportages