AccueilFlèche ActualitésFlècheInnovationFlècheDéveloppement d'un vaccin à base de sucres contre la mélioïdose

Développement d'un vaccin à base de sucres contre la mélioïdose

Le jeudi 24 mars 2022

La mélioïdose présente une réelle menace. La bactérie qui cause cette maladie infectieuse multisymptomatique est résistante aux antibiotiques, ce qui complexifie le diagnostic et le traitement. Avec un taux de mortalité qui peut atteindre 50 %, cette maladie tropicale négligée est dans la mire du professeur Charles Gauthier de l'Institut national de la recherche scientifique (INRS) depuis une dizaine d'années. En collaboration avec les professeurs Éric Déziel et Alain Lamarre, il se lance dans des tests précliniques pour un vaccin, à la suite de l'obtention d'un financement de plus de 700 000 $ des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC)

Développement d'un vaccin à base de sucres contre la mélioïdose

Le professeur Charles Gauthier, spécialiste en chimie des carbohydrates, qui conduira la recherche (Crédit : Josée Lecompte). (Groupe CNW/Institut National de la recherche scientifique (INRS))

La bactérie Burkholderia pseudomallei se trouve dans la boue et les sols, principalement dans les pays en zone équatoriale tels que l'Australie, la Thaïlande, l'Inde ou le Brésil. Avec les inondations et les sécheresses, elle peut contaminer les particules de surface qui sont entrainées par les vents.

«Avec la hausse des températures et le risque grandissant de catastrophes naturelles, des études anticipent une augmentation des cas de contamination et l'élargissement des zones à risque. Il faut être prêt», rapporte le professeur Gauthier.

Durant les cinq années du projet, son équipe développera un vaccin glycoconjugué. Ce type de vaccin associe les sucres exprimés à la surface de la bactérie à une protéine porteuse, reconnue par les lymphocytes T, les «soldats» de notre système immunitaire, qui déclenchent la production d'anticorps. Le professeur Lamarre, expert en développement de vaccins, et le professeur Déziel, expert en microbiologie des bactéries Burkholderia, mèneront les études de vaccination chez la souris et étudieront la nature des réponses immunitaires.

Des sucres «mimes»

Les scientifiques testeront plusieurs versions du vaccin avec différentes combinaisons des trois chaînes de sucres, ou polysaccharides, exprimés par la bactérie. Ces sucres sont prometteurs, puisqu'ils sont déjà ciblés par les anticorps. Plutôt que de les isoler directement de la bactérie, le professeur Gauthier utilise des imitations de ces sucres, développées lors de ses travaux antérieurs. Cette approche évite les risques de manipulation du pathogène.

«Nous avons réussi à synthétiser des polysaccharides qui miment ceux de la bactérie, en plus d'être reconnus par les anticorps. Nous avons été de véritables pionniers dans le domaine», souligne-t-il. Le processus de synthèse devra toutefois être optimisé afin d'augmenter le rendement global de production des sucres.

En tant que membre du réseau VALIDATE de l'Université d'Oxford pour le développement de vaccins contre les pathogènes négligés, le professeur Gauthier bénéficie pour ses travaux de l'apport de scientifiques à l'international. Il collabore entre autres avec le chercheur américain Brad Borlee du Colorado State University, qui lui fournit des souches atténuées de la bactérie Burkholderia pseudomallei. Les sucres produits par ces dernières serviront de contrôle par rapport aux sucres «mimes» lors des études vaccinales. Il travaille également avec la professeure irlandaise Siobhán McClean du University College Dublin, qui s'intéresse aux protéines exprimées par la bactérie. Puisque ces molécules sont également ciblées par le système immunitaire, une utilisation conjointe des sucres est envisageable pour augmenter l'efficacité du vaccin.



À propos de l'INRS

L'INRS est un établissement universitaire dédié exclusivement à la recherche et à la formation aux cycles supérieurs. Depuis sa création en 1969, il contribue activement au développement économique, social et culturel du Québec. L'INRS est 1er au Québec en intensité de recherche. Il est composé de quatre centres de recherche et de formation interdisciplinaires, situés à Québec, à Montréal, à Laval et à Varennes, qui concentrent leurs activités dans des secteurs stratégiques : Eau Terre EnvironnementÉnergie Matériaux TélécommunicationsUrbanisation Culture Société et Armand-Frappier Santé Biotechnologie. Sa communauté compte plus de 1?500 membres étudiants, stagiaires postdoctoraux, membres du corps professoral et membres du personnel.

Twitter
Facebook

SOURCE Institut National de la recherche scientifique (INRS)


Vous voulez publier votre communiqué au Quotidien Économique la plateforme des gens d’affaires francophone? Contactez-nous au 579 251-0539 ou par courriel : contenu@comarmure.com


Aimez-vous cette nouvelle?