AccueilFlèche ActualitésFlècheConstructionFlècheL'Association de la construction souhaite une entente négociée dans les secteurs IC/I sans menaces de lock-out

L'Association de la construction souhaite une entente négociée dans les secteurs IC/I sans menaces de lock-out

Le jeudi 15 mai 2014

MONTRÉAL - Par la voix de sa négociatrice en chef, Mme Lyne Marcoux, l'Association de la construction du Québec (ACQ) a fait savoir que contrairement à 2013, l'ACQ ne sollicite pas un mandat de lock-out dans le cadre de sa tournée d'information à travers le Québec, mais réitère la volonté des employeurs d'actualiser les conventions collectives des secteurs institutionnel-commercial et industriel (IC/I).

L'Association de la construction souhaite une entente négociée dans les secteurs IC/I sans menaces de lock-out

« L'ACQ veut poursuivre le processus de négociation pour moderniser les conventions collectives sans confrontation avec les donneurs d'ouvrages et les travailleurs. Le choix est clair : on veut des conventions collectives négociées », a souligné Mme Marcoux.

Pour le plus important regroupement patronal de l'industrie québécoise de la construction, l'objectif n'est pas de paralyser l'économie du Québec, mais plutôt d'assumer sa responsabilité de partenaire économique au moment où le Québec a besoin d'un véritable élan. 

« Nos conventions collectives doivent témoigner de notre capacité à nous adapter en étant plus flexibles et en améliorant notre productivité. Nos secteurs sont au centre de l'activité économique, soit les investissements public et privé et ne peuvent pas se conforter dans l'encadrement législatif de la Loi R-20 », a-t-elle poursuivi.

L'ACQ a déposé des demandes patronales qui sont des pistes de solutions aux problèmes de notre industrie et elle réitère qu'elle est ouverte à discuter de toute autre solution permettant d'atteindre les objectifs fixés, soit d'actualiser ses conventions collectives et de les adapter aux réalités du marché. D'ailleurs, elle continue de négocier même pendant sa tournée provinciale tenue dans 11 régions du Québec.

« L'ACQ est convaincue qu'en faisant preuve d'ouverture, de réalisme, de gros bon sens et de responsabilité, les deux parties pourront y arriver dans de brefs délais », a conclu Lyne Marcoux.

Aimez-vous cette nouvelle?