AccueilFlèche ActualitésFlècheQuotidiensFlècheLocomotive numérique dans le secteur de la transformation de l'aluminium - 12 M$ pour l'intégration du numérique dans les PME du secteur de l'aluminium

Locomotive numérique dans le secteur de la transformation de l'aluminium - 12 M$ pour l'intégration du numérique dans les PME du secteur de l'aluminium

Le jeudi 17 septembre 2020

Le gouvernement du Québec est fier d'appuyer le Réseau Trans-Al dans la réalisation de 34 projets d'entreprises1 sélectionnés à la suite de deux appels de projets lancés en 2019 et 2020 dans le cadre de l'initiative Alu4.0, la locomotive numérique de l'industrie de l'aluminium. Ces projets, qui visent l'intensification numérique des entreprises du secteur de l'aluminium, seront mis en œuvre partout au Québec, dont plusieurs dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Ils généreront des investissements totaux de 11,7 millions de dollars.

Locomotive numérique dans le secteur de la transformation de l'aluminium - 12 M$ pour l'intégration du numérique dans les PME du secteur de l'aluminium

Le ministre de l'Économie et de l'Innovation, M. Pierre Fitzgibbon, accompagné de la ministre des Affaires municipales et de l'Habitation et ministre responsable de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Mme Andrée Laforest, en a fait l'annonce aujourd'hui.

Rappelons qu'en 2019, le gouvernement avait octroyé 3 millions de dollars au Réseau Trans-Al pour appuyer la réalisation de cette locomotive numérique. De ce montant, 2,7 millions de dollars sont consentis pour la réalisation des 34 projets.

L'initiative Alu4.0 appuie des projets d'amélioration auprès d'entreprises québécoises parrainées par un de leur client ou par de grands réseaux de distribution, dans le cadre d'un processus de numérisation et d'automatisation structuré incluant l'implantation de technologies numériques et la formation de la main-d'œuvre relativement à ces nouveaux outils.


« L'industrie de l'aluminium est d'une importance majeure pour l'économie du Québec et l'on doit en assurer la compétitivité. Les entreprises québécoises qui transforment ce métal et les équipementiers du secteur sont appelées à se tailler une place encore plus importante au Québec et à l'international. Pour croître, elles doivent miser sur des approches axées sur l'innovation, les changements technologiques, l'exportation et une main-d'œuvre qualifiée. Le gouvernement du Québec poursuit son engagement à titre de partenaire de l'industrie et s'assure de mettre en place un environnement d'affaires propice à la croissance des entreprises de ce secteur. »

Pierre Fitzgibbon, ministre de l'Économie et de l'Innovation

« L'aluminium se trouve au cœur de l'activité industrielle de plusieurs régions du Québec, fournissant des emplois de qualité et contribuant à la vitalité socioéconomique du milieu de vie. Le Saguenay-Lac-Saint-Jean occupe une position stratégique dans la production et la transformation de ce métal au Québec et au Canada. Son image de marque, la Vallée de l'aluminiummd, est également reconnue à l'échelle internationale. La filière québécoise de l'aluminium est la démonstration qu'il est possible de concilier la mise en valeur des ressources naturelles, la protection de l'environnement et le développement économique régional. »

Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l'Habitation et ministre responsable de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean

« L'initiative de la Locomotive numérique constitue un jalon important dans l'accompagnement des entreprises dans cette nouvelle ère où la maîtrise du numérique et l'excellence opérationnelle vont de pair. Pour Rio Tinto, il s'agit d'une action essentielle pour faciliter la transition vers l'industrie 4.0 et l'implantation de technologies innovantes. Non seulement ce projet porteur sera bénéfique pour le développement des entreprises, mais il contribuera aussi à consolider la place de choix du Saguenay-Lac-Saint-Jean et du Québec tout entier sur le marché mondial de l'aluminium. »

Emmanuel Bergeron, directeur du développement économique régional de Rio Tinto

« L'initiative Alu4.0 et les 34 projets qu'elle appuie contribuent à l'augmentation de la maturité numérique et à l'amélioration de la compétitivité des entreprises québécoises du secteur de l'aluminium. L'initiative reflète bien la volonté gouvernementale d'appuyer concrètement la croissance des entreprises manufacturières via les technologies numériques et la fabrication de pointe. Le Réseau Trans-Al a rassemblé différentes organisations provenant du secteur de l'aluminium et de l'écosystème d'innovation pour mener à bien cette importante initiative industrielle. »   

Jacques Caya, président du Réseau Trans-Al

« Des entreprises qui sont à l'avant-garde des technologies et qui ont atteint une culture d'excellence opérationnelle ainsi qu'un niveau de productivité optimal sont essentielles pour assurer la compétitivité de l'industrie de l'aluminium du Québec. Cet appui du gouvernement est donc une occasion de plus de permettre aux organisations de l'écosystème de travailler ensemble pour assurer l'avenir de la filière en renforçant le positionnement stratégique de ses transformateurs d'aluminium et de ses équipementiers. »

Martin Charron, président-directeur général d'AluQuébec


Faits saillants :

  • Fondé en 1999, le Réseau Trans-Al est une association d'entreprises actives dans la transformation de l'aluminium au Québec. Il a pour mission de développer l'expertise technique et technologique des organisations, en collaboration avec les principaux acteurs de l'industrie, pour construire une synergie sectorielle.

  • Le secteur québécois de l'aluminium primaire est le quatrième en importance à l'échelle mondiale, avec une production annuelle d'environ 2,8 millions de tonnes d'aluminium et des exportations de plus de 8,1 milliards de dollars (2018).

  • Environ 1,2 million de tonnes métriques d'aluminium primaire, soit 36 % de la production canadienne, sont produites annuellement dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

  • Le Québec dénombre 1?400 entreprises transformatrices de l'aluminium sur les quelque 1 500 entreprises de la filière, lesquelles procurent près de 30 000 emplois bien rémunérés. Ces entreprises sont actives sur plusieurs marchés, dont ceux du transport terrestre, de l'aérospatiale et de la construction.

  • La Vallée de l'aluminiumMD représente près de 2 600 emplois directs permettant de transformer le métal gris brut en divers produits à valeur ajoutée.

  • Le Québec compte environ 70 équipementiers et fournisseurs spécialisés, fortement axés sur l'innovation et tournés vers l'international, ainsi que 9 alumineries, qui appartiennent à 3 grands groupes, soit Alcoa, Aluminerie Alouette et Rio Tinto.

  • Le secteur québécois de l'aluminium doit composer actuellement avec une baisse de prix et de nombreux défis, parmi lesquels :

    • une surcapacité de production à l'échelle mondiale;

    • les contrecoups de la pandémie de la COVID-19.

Aimez-vous cette nouvelle?

Retour à la liste des articles du Quotidiens