AccueilFlèche ActualitésFlècheConstructionFlècheHausse de la tendance des mises en chantier d'habitations au Canada en juillet

Hausse de la tendance des mises en chantier d'habitations au Canada en juillet

Le vendredi 9 août 2019

La tendance des mises en chantier d'habitations se chiffrait à 208 970 en juillet 2019, comparativement à 205 765 le mois précédent, selon la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL). Cette tendance correspond à la moyenne mobile de six mois du nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé (DDA) de mises en chantier d'habitations.

Hausse de la tendance des mises en chantier d'habitations au Canada en juillet

« La tendance nationale des mises en chantier d'habitations a augmenté en juillet, malgré une baisse du nombre désaisonnalisé et annualisé de logements commencés par rapport à juin, a déclaré Bob Dugan, économiste en chef à la SCHL. De nombreux appartements et maisons en rangée ont été mis en chantier dans les centres urbains au cours des derniers mois, ce qui s'est traduit par une tendance élevée du total des mises en chantier en juillet. »

Faits saillants de juillet

Vancouver
La tendance des mises en chantier d'habitations a continué d'évoluer à la hausse dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Vancouver en juillet. Par rapport aux sept premiers mois de 2018, le cumul annuel des mises en chantier a diminué dans le segment des maisons individuelles, mais augmenté dans celui des logements collectifs. Plus de 85 % des habitations mises en chantier en juillet 2019 sont des logements collectifs, et la plupart se trouvent dans les villes de Vancouver et de Surrey. Dans l'ensemble, le renforcement continu des fondamentaux économiques a soutenu une croissance constante des mises en chantier. À la fin de juillet, celles-ci affichaient une hausse annuelle de 25 %.

Victoria
En juillet 2019, dans la RMR de Victoria, les mises en chantier d'habitations étaient moins nombreuses qu'en juillet 2018, tant dans le segment des maisons individuelles que dans celui des logements collectifs. À la fin des sept premiers mois de 2019, le cumul annuel des mises en chantier accusait une baisse d'environ 12 % sur un an. Le marché du neuf de la région de Victoria connaît encore une forte activité dans tous ses segments, ce qui témoigne de la forte demande observée sur le marché de l'habitation depuis trois ans et de la vigueur actuelle de la demande locale, particulièrement dans le segment des logements collectifs.

Lethbridge
De juin à juillet, la tendance des mises en chantier d'habitations a évolué à la hausse dans la RMR de Lethbridge. Celle des mises en chantier d'appartements a augmenté de 360 %, car la demande continue de croître sur le marché locatif. Par contre, moins de maisons individuelles et de maisons en rangée ont été mises en chantier. Dans le cas des jumelés, la tendance est restée stable.

Regina
En juillet, les mises en chantier d'habitations ont été moins nombreuses qu'en juin à Regina, puisque l'activité a ralenti à la fois dans le segment des maisons individuelles et celui des logements collectifs. Après sept mois en 2019, la production de logements neufs représente un peu plus du tiers de celle enregistrée par les constructeurs à la fin de juillet 2018. Cette baisse tient en grande partie aux coûts de construction plus élevés et à l'affaiblissement de l'économie, qui, en réduisant la demande de logements neufs, ont entraîné la suspension ou l'abandon de certains projets de construction.

Winnipeg
Par rapport à juin, la tendance des mises en chantier d'habitations a diminué dans la RMR de Winnipeg en juillet, principalement à cause d'une diminution des mises en chantier de logements collectifs. En effet, des baisses ont été observées à la fois pour les maisons en rangée et les appartements. En revanche, les mises en chantier de maisons individuelles ont augmenté, bien qu'insuffisamment pour contrebalancer la baisse accusée par le segment des logements collectifs.

Toronto
La tendance des mises en chantier d'habitations a évolué à la baisse dans la RMR de Toronto en juillet, principalement en raison du nombre réduit de logements collectifs mis en chantier (jumelés, maisons en rangée et appartements). Les ventes sur plan de logements collectifs ont été vives au cours des dernières années, particulièrement celles d'appartements en copropriété, et elles se concrétiseront en mises en chantier tout au long de l'année. Ces logements de plus forte densité et plus abordables demeurent prisés par les acheteurs à Toronto.

St. Catharines
En juillet 2019, la tendance des mises en chantier d'habitations dans la RMR de St. Catharines était légèrement à la baisse par rapport au mois précédent. Au cours des derniers mois, elle s'est maintenue près d'un sommet inégalé en 30 ans, et les maisons en rangée ont représenté la plus grosse part des habitations neuves. Une amélioration du marché de l'emploi chez les 25-44 ans a stimulé l'accession à la propriété et les ventes de logements relativement abordables, notamment celles de maisons en rangée.

Ottawa
La tendance mensuelle des mises en chantier d'habitations a augmenté à Ottawa en juillet, pour tous les types de logements. À la fin du mois, les mises en chantier d'habitations étaient en hausse de 5,3 % par rapport à la même période en 2018. La croissance la plus importante a été celle des appartements en copropriété, suivie de celle des maisons en rangée. Des facteurs tels que la faiblesse des ventes de logements existants, l'offre limitée sur le marché locatif et la hausse du coût de possession des maisons individuelles soutiennent la construction de logements moins chers.

Montréal
De janvier à juillet, les mises en chantier dans la région de Montréal étaient en hausse par rapport à l'an passé. La construction d'appartements locatifs est l'unique responsable de ce gain, puisque les mises en chantier de copropriétés et de maisons accusaient une baisse. Les faibles taux d'inoccupation sur le marché locatif traditionnel ainsi que la plus grande proportion de jeunes ménages qui optent pour la location sont tous des éléments qui continuent de stimuler les mises en chantier d'unités locatives. Les appartements locatifs en résidences pour personnes âgées enregistrent aussi une solide croissance depuis le début de l'année.

 

Saguenay
De janvier à juillet 2019, les mises en chantiers dans la RMR de Saguenay ont connu une baisse de 18 % par rapport à pareille période l'année dernière. Cette baisse d'activité est attribuable aux logements pour propriétaires-occupants (maisons en propriété absolue et copropriétés). Dans l'ensemble, la construction résidentielle dans la région est freinée par le ralentissement de l'emploi et la faible croissance de la population. 

Nouveau-Brunswick
Au Nouveau-Brunswick, le cumul annuel des mises en chantier d'habitations pour la période de janvier à juillet a augmenté de 40 % sur un an. Cette hausse tient en grande partie aux niveaux records d'appartements locatifs mis en chantier, particulièrement à Moncton et à Saint John. En fait, 75 % de tous les logements collectifs mis en chantier dans la province cette année ont été recensés dans ces deux RMR. C'est la première fois depuis 2010 que les mises en chantier de logements collectifs sont aussi élevées pour les sept premiers mois de l'année. Les centres urbains du Nouveau-Brunswick bénéficient des stratégies de la province pour attirer et retenir des immigrants. Les nouveaux arrivants font grimper la demande de logements locatifs, qui est déjà soutenue par le vieillissement de la population.

Île-du-Prince-Édouard
En juillet, le nombre total de mises en chantier d'habitations à l'Île-du-Prince-Édouard a augmenté de 319 % par rapport à juin. En effet, la construction d'appartements connaît un essor soutenu compte tenu du taux d'inoccupation pratiquement nul dans la province. L'économie de l'Île-du-Prince-Édouard continue de croître plus rapidement que celles des autres provinces de l'Atlantique, grâce surtout à une augmentation des dépenses en immobilisations, de la population, des revenus et de l'emploi.

Étant donné la grande variabilité des chiffres estimatifs mensuels, la SCHL tient compte de la tendance, en plus du nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé, pour obtenir un portrait plus complet de l'état du marché de l'habitation canadien. Dans certaines situations, il pourrait être trompeur d'analyser seulement les données désaisonnalisées annualisées, car les mises en chantier d'habitations sont alimentées surtout par le segment des logements collectifs, où l'activité peut varier beaucoup d'un mois à l'autre.

Au Canada, toutes régions confondues, le nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé de mises en chantier d'habitations se situait à 222 013 en juillet, en baisse de 9,6 % par rapport à celui de 245 455 enregistré en juin. Dans les centres urbains, ce nombre a diminué de 10,4 % pour s'élever à 209 122 en juillet. Il a baissé de 12 % dans le segment des logements collectifs et diminué de 4,6 % dans celui des maisons individuelles, pour se chiffrer respectivement à 162 722 et à 46 400.

Dans les régions rurales, le nombre désaisonnalisé annualisé de mises en chantier d'habitations est estimé à 12 891.

Des données provisoires sur les mises en chantier d'habitations, en français ou en anglais, sont également diffusées sur le site Web et le Portail de l'information sur le marché de l'habitation de la SCHL. Nos analystes peuvent également fournir d'autres observations sur leurs marchés respectifs.

En tant qu'autorité en matière d'habitation au Canada, la SCHL contribue à la stabilité du marché de l'habitation et du système financier, vient en aide aux Canadiens dans le besoin et fournit des résultats de recherches et de l'information aux gouvernements, aux consommateurs et au secteur de l'habitation du Canada.

Aimez-vous cette nouvelle?