AccueilFlèche ActualitésFlècheConstructionFlècheBaisse de la tendance des mises en chantier d'habitations au Canada en mai

Baisse de la tendance des mises en chantier d'habitations au Canada en mai

Le lundi 10 juin 2019

La tendance des mises en chantier d'habitations se chiffrait à 201 983 en mai 2019, comparativement à 205 717 le mois précédent, selon la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL). Cette tendance correspond à la moyenne mobile de six mois du nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé de mises en chantier d'habitations.

Baisse de la tendance des mises en chantier d'habitations au Canada en mai

« La tendance nationale des mises en chantier d'habitations a diminué en mai. Cette diminution est le résultat combiné des mises en chantier de maisons individuelles, dont la tendance à la baisse s'est poursuivie, et de logements collectifs, dont la tendance est revenue à la baisse après avoir affiché des gains dans les centres urbains au cours des derniers mois, explique Bob Dugan, économiste en chef à la SCHL. La baisse de la tendance des mises en chantier de logements collectifs marque le repli en mai du nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé, par rapport au nombre inhabituellement élevé observé en avril, de sorte que le taux annuel corrigé des variations saisonnières s'est rapproché de sa moyenne sur 10 ans. »

Faits saillants du mois de mai 

Vancouver
Dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Vancouver, la tendance des mises en chantier d'habitations a connu une forte augmentation en mai, grâce aux ensembles de logements collectifs, qui représentaient 90 % des habitations mises en chantier au cours du mois. Les deux tiers de ces nouveaux logements sont situés à Burnaby, à Surrey ou à Coquitlam, où des ensembles de copropriétés et d'appartements destinés à la location ont été commencés. Le cumul annuel des mises en chantier de logements est de 10 % supérieur à ce qu'il était à pareille date en 2018, ce qui s'explique par les efforts des promoteurs et des municipalités qui cherchent à répondre à la demande stimulée par la croissance démographique de la région.

Kelowna
Les mises en chantier dans la RMR de Kelowna ont diminué en mai 2019 par rapport à douze mois plus tôt, ce qui prolonge la tendance à la baisse des trois mois précédents. Au cours des cinq premiers mois de 2019, le total des mises en chantier a diminué d'environ 44 % comparativement à la période correspondante de l'année précédente. Cette tendance à la baisse fait suite à un ralentissement de la croissance démographique qui a permis au marché de la revente de retrouver ses conditions d'équilibre.

Calgary
La tendance des mises en chantier était à la baisse en mai après une légère hausse en avril. Le nombre de logements en construction demeure relativement bas, puisque les constructeurs continuent de s'adapter à la faiblesse de la demande et au fait que les stocks sont à des niveaux élevés depuis un certain temps.

Edmonton 
En mai, la tendance des mises en chantier était à la baisse dans toutes les catégories de logements, sauf celle des jumelés, qui a légèrement augmenté. Ce ralentissement continue de refléter le niveau élevé des stocks de logements invendus, notamment dans la catégorie des maisons individuelles.

Brantford
À Brantford, la tendance des mises en chantier a diminué par suite des baisses enregistrées pour les maisons individuelles et les maisons en rangée. Malgré ce ralentissement, la tendance des mises en chantier de maisons en rangée demeure plus élevée que sa moyenne historique. Les prix des maisons individuelles neuves continuent d'augmenter, de sorte que les maisons en rangée neuves sont de plus en plus attrayantes pour les acheteurs à la recherche d'une habitation de faible hauteur à prix abordable.

St. Catharines-Niagara
La tendance des mises en chantier d'habitations dans la RMR de St. Catharines-Niagara a évolué à la hausse pour atteindre en mai un sommet de presque 30 ans. Cette progression a été menée par le secteur des maisons en rangée, dont le rythme des nouvelles constructions s'est le plus accéléré, et qui représentait 40 % de la tendance du total des nouvelles constructions ce mois-ci. La demande de logements neufs à St. Catharines-Niagara continue d'être stimulée par les acheteurs sensibles aux prix qui habitent les collectivités avoisinantes, où les prix sont plus élevés.

Toronto
La tendance des mises en chantier d'habitations était à la baisse en mai dans la RMR de Toronto, où des baisses ont été enregistrées pour tous les types de logements. Les coûts d'accession à la propriété sont élevés, ce qui continue de plomber la demande de maisons individuelles et de maisons en rangée, de sorte que les mises en chantier d'habitations de faible hauteur sont à la baisse. Les ventes sur plan de copropriétés ont été très bonnes au cours des deux dernières années, ce qui continuera de se traduire par des mises en chantier à un rythme variable, même si celles-ci étaient à la baisse en mai.

Ottawa
En mai, la tendance des mises en chantier était légèrement en hausse, en raison de l'augmentation de l'activité dans la catégorie des maisons en rangée. Le cumul annuel du nombre réel de mises en chantier est de 14 % supérieur à ce qu'il était l'an dernier à pareille date, résultat combiné d'une augmentation des mises en chantier d'appartements en copropriété et d'une baisse des mises en chantier de maisons individuelles. La demande s'est déplacée vers les logements plus abordables en raison de la hausse des coûts d'accession à la propriété, et les conditions serrées du marché de la revente encouragent les constructeurs à accroître l'offre d'appartements en copropriété.

Région de Gatineau
De janvier à mai 2019, la construction résidentielle dans la région de Gatineau a atteint un niveau inégalé au cours des cinq dernières décennies. Cette forte croissance est principalement attribuable à l'augmentation des mises en chantier de logements destinés au marché locatif dans le quartier du Plateau. Le vieillissement de la population et le faible taux d'inoccupation continuent de stimuler les mises en chantier de logements locatifs dans la région de Gatineau. 

RMR de Montréal 
Le total des logements mis en chantier depuis le début de l'année dans la région de Montréal est en hausse par rapport à l'an passé. La construction d'appartements locatifs est l'unique responsable de ce gain, puisque les mises en chantier de copropriétés et de maisons accusaient une baisse. Les faibles taux d'inoccupation sur le marché locatif traditionnel ainsi que la plus grande proportion de jeunes ménages qui optent pour la location sont tous des éléments qui continuent de stimuler les mises en chantier d'unités locatives. Les appartements locatifs en résidences pour personnes âgées enregistrent aussi une solide croissance depuis le début de l'année.

Halifax
À Halifax, la construction résidentielle poursuit sa tendance à la hausse : le cumul annuel des mises en chantier a augmenté de 48 % par rapport à la période correspondante de l'an dernier. Jusqu'à maintenant, la progression de la construction de cette année est principalement attribuable au segment des appartements, mais en mai, c'est le segment des maisons individuelles qui a connu une forte augmentation, ayant crû de 69 % par rapport à mai 2018. Puisque le nombre de ventes demeure élevé par rapport aux nouvelles inscriptions, la demande continue de soutenir l'accroissement de l'offre sur le marché des nouvelles constructions.

Île-du-Prince-Édouard
À l'Île-du-Prince-Édouard, les mises en chantier ont augmenté de 60 % en mai, ce qui est principalement attribuable à la hausse des mises en chantier d'appartements entraînée par la faiblesse record du taux d'inoccupation. L'économie de l'Île-du-Prince-Édouard continue de croître plus rapidement que celles des autres provinces de l'Atlantique, grâce à une augmentation des dépenses en immobilisations et à la forte croissance de la population, des revenus et de l'emploi.

Étant donné la grande variabilité des chiffres estimatifs mensuels, la SCHL tient compte de la tendance, en plus du nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé, pour obtenir un portrait plus complet de l'état du marché de l'habitation canadien. Dans certaines situations, il pourrait être trompeur d'analyser seulement les données désaisonnalisées annualisées, car les mises en chantier d'habitations sont alimentées surtout par le segment des logements collectifs, où l'activité peut varier beaucoup d'un mois à l'autre.

Au Canada, toutes régions confondues, le nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé de mises en chantier d'habitations est descendu de 233 410 en avril à 202 337 en mai, soit une baisse de 13,3 %. Dans les centres urbains, ce nombre a diminué de 14,4 % en mai, pour se chiffrer à 186 946. Il a baissé de 18,5 % dans la catégorie des logements collectifs, mais augmenté de 1,8 % dans celle des maisons individuelles, pour s'établir respectivement à 141 851 et à 45 095.

Aimez-vous cette nouvelle?