AccueilFlèche ActualitésFlècheConstructionFlècheL'industrie du pavage de routes du Québec réagit de façon mitigée à l'arrivée d'un 4e titulaire du ministère des Transports en un peu plus de trois ans

L'industrie du pavage de routes du Québec réagit de façon mitigée à l'arrivée d'un 4e titulaire du ministère des Transports en un peu plus de trois ans

Le mercredi 11 octobre 2017

Tout en saluant la nomination de monsieur André Fortin, député de Pontiac, à titre de ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des Transports, Bitume Québec, qui représente tous les joueurs de l'industrie du pavage et de l'entretien routier, a dit souhaiter vivement aujourd'hui que la venue d'un 4e ministre en trois ans n'entraînera pas de ralentissement des projets de chantiers déjà en marche, de mise au rencart de projets amorcés ou de retour à la case départ dans l'exécution de nombreux autres projets qui ne progressent pas aussi rapidement que prévu.

L'industrie du pavage de routes du Québec réagit de façon mitigée à l'arrivée d'un 4e titulaire du ministère des Transports en un peu plus de trois ans

C'est ce qu'a fait savoir aujourd'hui le président de Bitume Québec, Martin Pelletier, qui s'est dit confiant, par ailleurs, de voir le nouveau ministre réaliser pleinement que le Québec ne peut plus se payer le luxe de creuser encore plus, en matière de réhabilitation du réseau routier, le déficit d'entretien enregistré ces dernières années. Pour monsieur Pelletier tout retard indu dans la réalisation de la programmation prévue à court et moyen terme constituerait une entrave majeure au changement de culture qui s'impose si l'on veut vraiment s'assurer de la pérennité d'un patrimoine routier de qualité au Québec.

Le président de Bitume Québec a, par ailleurs, offert son entière coopération au nouveau Ministre qui devra aussi composer, dans l'immédiat, avec un enjeu majeur : la grève du zèle des ingénieurs de l'État québécois qui refusent, depuis le 18 septembre dernier, d'effectuer du temps supplémentaire et le travail de fin de semaine dans les chantiers routiers, au risque d'entraîner des retards inacceptables assortis d'un inqualifiable effet domino dans le déficit d'entretien du réseau routier; ce qui engendrerait, selon Bitume Québec, à l'approche de la saison hivernale une dégradation accélérée des routes et chaussées n'ayant pu être complètement réhabilitées dans les échéanciers convenus.

Du même souffle, ce dernier a tenu à remercier, son prédécesseur, Laurent Lessard, en saluant son sens de l'écoute active et sa compréhension des enjeux de l'industrie.

Monsieur Pelletier souhaite pouvoir rencontrer rapidement le nouveau ministre, en insistant finalement sur le fait que l'industrie souhaitait être une partie prenante active et proactive dans la pleine réalisation du Plan québécois des infrastructures 2016-2026.

Le Plan en question prévoit, de poursuivre monsieur Pelletier, des investissements importants de 17,3 milliards de dollars, au seul chapitre du réseau routier.  

« Bitume Québec ne veut surtout pas rater ce rendez-vous avec l'histoire » a conclu le leader de Bitume Québec en saluant la réputation d'excellence qui a marqué son mandat, depuis son élection à l'Assemblée nationale. 

Aimez-vous cette nouvelle?