AccueilFlèche ActualitésFlècheCoin des blogueursFlècheDépassements de coûts de construction et le «système»

Dépassements de coûts de construction et le «système»

Le vendredi 29 novembre 2019

L’ennemi juré de la construction est le dépassement de coûts.

Dépassements de coûts de construction et le «système»

Mais s’il faut en croire ce qui était rapporté cette semaine dans les médias concernant le concept de «lab-école» et l’explosion des coûts de construction qui passent du simple au double pour se doter de quelques exemplaires de «l’école de demain» , il ressort que la carence en expertise des uns et le monde de licornes des autres finissent par être pardonnés quand de l’argent public est en cause.

De toute évidence, le secteur privé et le secteur public ne sont pas soumis aux mêmes contraintes de temps et d’argent.

 

Quels sont les principaux facteurs qui mènent droit dans le mur dans les 2 cas ?

La raison première tient à une mauvaise planification budgétaire.

En effet, dans le privé le financement est le nerf de la guerre.

Votre prêteur exige d’importantes garanties en retour de son engagement financier et les longs délais exercent souvent une pression sur la viabilité d’un projet. Que se passe-t-il si votre budget est dépassé en cours de route ? Dans le meilleur des scénarios: des prêteurs accepteront peut-être d’injecter des capitaux additionnels en prenant des garanties sur tous vos biens disponibles  afin de vous permettre de compléter et livrer le projet. Dans un scénario plus sombre, les fournisseurs mécontents vont vous bombarder d’hypothèques légales de la construction qui vont assurément plomber et mettre en péril votre projet.

Dans le secteur public, on assiste trop souvent à une spirale interminable où les extras en temps et en argent s’ajoutent les uns aux autres. Le chantier olympique, le prolongement du métro de Laval, le tunnel sous la Manche, la nouvelle maison de Radio-Canada et maintenant, les chantiers de Lab-école.

En fait, quand le politique se mêle de construction ça se termine souvent en massacre financier. Des administrateurs non élus qui prennent des décisions mettant en jeu des fonds publics sans véritable crainte de perdre leur emploi en cas de boulette.

Bref : le party !

Ensuite, il est essentiel de s’assurer qu’à chaque petite étape franchie correspond le respect de l’échéancier et du budget. Dans le cours de gestion de chantier, on nous enseigne les vertus du « diagramme de Gantt» ainsi que l’importance de coller aux budgets prévus. En étant conscient de l’avancée des travaux et des budgets à chaque étape, il sera plus facile de s’ajuster et éviter de frapper le fameux mur.

Dans le secteur public et plus particulièrement pour les grands chantiers, la loi dite des grands nombres affecte l’efficacité des mesures de respect et d’atténuation des coûts. Parce que le client (le gouvernement) a les poches plus profondes, il peut sembler plus tentant et plus facile de soutirer plus d’argent sur une plus longue période.

Mais au final, pour chaque dollar que vous injectez dans un projet de construction (rénovation résidentielle ou commerciale, construction neuve résidentielle, commerciale ou industrielle), vous avez un partenaire silencieux à qui vous devez envoyer 50%, arrondissons le montant si vous le voulez bien. Vous avez deviné que ce partenaire est le gouvernement et que le tout est érigé en système.

Le système en question est en partie responsable de la hausse des coûts de construction qui, au final, est refilée aux acheteurs, locataires et autres utilisateurs des infrastructures ainsi construites.

Pour moi c’est clair et une chose est certaine, cette année il en coûte moins cher qu’il vous en coûtera l’an prochain !

Bonne semaine !

 

Guy Baillargeon, ll.b. 

Votre spécialiste du partenariat immobilier pour passer à un niveau supérieur 

Suivez-moi sur LinkedIn, Facebook et Instagram

guy@guybaillargeon.com

www.guybaillargeon.com

www.immopreneur.quebec

514-569-8409

Aimez-vous cette nouvelle?

Retour à la liste des articles du Coin des blogueurs